Le Juge, les sept Experts et les Financiers

17 novembre 2012
By

Sept sismologues italiens n’ont pas prévu un tremblement de terre, dont l’origine se trouve dans la tectonique des plaques, hors du contrôle de l’Humanité. Ils ont été condamnés à de la prison ferme, pour homicide involontaire.

Mille financiers n’ont pas prévu l’effondrement du montage type Ponzi qu’ils ont construit eux-mêmes ou auquel ils ont accepté de participer. Aucun n’a été condamné pour sa participation à un système créé de toutes pièces par eux-mêmes !

Que se passe-t-il si l’on met en perspective ces deux faits divers ?
Cet article peut être considéré comme une suite logique de « Où est passé le Tout Puissant ? » qui devrait être parcouru avant.

Le Juge et les sept Sismologues

Sept sismologues italiens ont été condamnés à six ans de prison ferme pour homicide involontaire. Ils ont commis l’erreur de ne pas avoir su prévoir le séisme d’Aquila qui a fait 300 victimes. Ils n’avaient pas appliqué le principe de précaution, domaine de prédilection du Politique. Que la sismologie soit une science nettement moins exacte que la météorologie n’a pas été considéré comme une circonstance atténuante ! Dieux, ils sont devenus. Ils sont rémunérés pour cela.

Contrairement aux dieux, les scientifiques sont soumis à une obligation de résultat et pas à une obligation de moyens. Quel aurait été le jugement public, s’ils avaient fait évacuer un million de personnes pendant quelques mois, sans qu’un séisme se soit produit ?

Pour ne pas risquer d’aller en prison tout en ne risquant pas de perdre toute crédibilité, leur marge de manoeuvre est bien mince !

Le Cynisme et les mille Banquiers

Les suites données à la crise des subprimes le démontrent, si leur Science avait été la Finance, ils n’auraient même pas été condamnés pour mise en danger de la vie d’autrui. Personne n’est responsable d’avoir mis la planète entière en faillite pour dix ou vingt ans, avec son cortège de suicides et de ruines collatérales.

Pourtant, la Finance moderne qui se cache derrière ses produits dérivés incompréhensibles n’est pas innocente. La théorie de la Relativité d’Einstein, encore plus incompréhensible que les CDO et les CDS, n’innocentera pas l’Expert qui se trompe en l’utilisant. Le modèle scientifique est exact, donc innocenté par le Tribunal. Par contre, l’usage que l’on en fait pourrait être condamnable. Et utiliser la complexité du modèle scientifique pour s’en défendre est au firmament du cynisme.

Le modèle sur lequel étaient basés le crédit immobilier américain et les produits dérivés est un modèle basé sur une théorie mathématique irréprochable. Aucun mathématicien ne trouvera d’erreur dans les algorithmes, dans sa logique, etc. Aucun Juge ne peut condamner un Mathématicien pour avoir écrit une formule correcte, qu’elle soit facilement compréhensible ou tellement complexe qu’un Juge ne puisse pas plus l’appréhender que les travaux d’Einstein.

Si j’utilise les travaux d’Einstein pour construire une bombe atomique dont l’explosion fait des milliers de victimes, Einstein est-il condamnable ? Puis-je, sans être cynique, invoquer ses théories incompréhensibles pour me dédouaner de mes responsabilités ? Bien évidemment non ! Puis-je me défendre, sans être cynique, en affirmant que j’ignorais que cette bombe pouvait mettre en danger la vie d’autrui, à cause de la complexité du modèle théorique qui rend sa construction possible ? Bien évidemment non ! Est-il nécessaire que le Juge comprenne en détail tous les rouages de la théorie de la relativité pour condamner le faiseur de bombes ? Bien évidemment non !

Le bon sens n’est pas une Science, l’intime conviction non plus !

L’erreur du Juge ou l’adresse de l’Avocat du défendeur est de croire qu’il faut savoir complètement détricoter les montages financiers pour déterminer les responsabilités. Le Juge se laisse piéger par la complexité de la tâche, non parce que la tâche existe, mais parce qu’il se trompe de cible ! Ils sont hypnotisés par la complexité d’un modèle mathématique qui dépasse tout entendement, à tel point qu’ils oublient d’appliquer leurs propres règles du jeu : juger en âme et conscience sur base de leur intime conviction.

Dans le cadre de référence de la nébuleuse construite autour des modèles mathématiques, tout concourt à démontrer que la situation est devenue incompréhensible. Le système de défense utilisé est basé sur le fait que le doute doit bénéficier à l’accusé.

Dans le cadre de référence du monde financier, la complexité des constructions qu’il a lui-même mises en place par l’Accusé a finalement été utilisée par lui-même pour semer le doute sur sa propre responsabilité et le disculper. Bien joué !

Le Juge n’a pas vu le cynisme avec lequel son justiciable l’a manipulé ! Dans le cadre de référence du Juge, rien n’est plus facile que de condamner le fabricant de bombes nucléaires. Dans ce même cadre de référence, rien n’est plus facile que de condamner les fabricants de bulles financières !

Pourquoi le Financier est-il responsable ?

Le Mathématicien qui développe des modèles mathématiques est de tout soupçon. Il est aussi irréprochable que les modèles mathématiques qu’il construit. C’est l’utilisateur des modèles qui prend la responsabilité de son exploitation. Les Banquiers et les Financiers avides et cupides ont utilisé ces modèles de façon perverse. Ils le savaient, pour de multiples raisons :

  • Ce sont eux qui ont défini et ont accepté les hypothèses sur lesquelles le Mathématicien a construit les modèles.
  • Ce sont eux qui ont chargé et rémunéré le Mathématicien pour construire le modèle.
  • Ce sont eux qui ont ensuite utilisé le modèle pour faire de l’argent.
  • Ce sont eux qui ont transformé l’hypothèse réaliste à court terme et mis en application l’utopie à long terme.

En aval de l’initiateur du montage se trouvent les participants avides sans qui la pyramide ne peut se construire. Parmi eux se trouvent des Financiers avertis et des victimes cupides, mais ignorantes. Si ces dernières peuvent bénéficier de la bonne foi et demander réparation du dommage subi, les premiers sont responsables :

  • Banquiers, ils ne devaient pas ignorer qu’ils participaient à une construction de type Ponzi.
  • Ils ont joué le rôle de receleur ou de complice d’escroquerie, au même titre que celui qui écoule de faux billets de banque qu’il n’a pas imprimés lui-même.

Si j’étais Juge d’Instruction, je lancerais contre eux une procédure pour escroquerie avec préméditation et mise en danger d’autrui voire pour homicide par imprudence à cause des effets collatéraux mondiaux dont l’explosion de la bulle financière est la cause. On pourrait presque dire qu’il s’agit d’une forme de crime contre l’Humanité, ou une forme de mise en danger de l’Humanité !

Subprimes

L’hypothèse de croissance de l’immobilier était sans doute plausible durant une période limitée, disons de quelques années. C’est sur cette base qu’un organisme de crédit calcule le risque qu’il prend en prêtant des capitaux, éventuellement en utilisant un modèle mathématique. Le monde financier a néanmoins omis, par imprudence, de se souvenir que les modèles qu’il a lui-même commandités ont été construits sur base d’hypothèses limitées au court terme, période durant laquelle la situation économico-financière peut être supposée stable ou d’évolution prévisible.

Il a utilisé un modèle applicable au court terme en l’extrapolant au long terme, au très long terme, et même plus, en espérant que la stabilité serait garantie pour l’éternité. Quelle que soit la durée escomptée, la bulle allait exploser un jour, comme un tremblement de terre majeur se produit un jour dans une région sismique. La différence entre la Finance et la tectonique des plaques est que cette dernière n’est pas gouvernée par des êtres humains responsables de leurs actes.

Le modèle mathématique incompréhensible a été instrumentalisé pour servir à entretenir la confusion dans l’esprit des spectateurs cupides. Le schéma de Ponzi (système dans lequel les capitaux des nouveaux arrivants servent à payer des intérêts aux anciens) à peine dissimulé derrière ce modèle devait sauter aux yeux de tout qui connaît cette construction pyramidale. Ce schéma est tout simplement une escroquerie, peu importe la manière dont il est implémenté.

Bernard Madoff a implémenté un schéma de Ponzi basique utilisant un modèle mathématique très simple, facile à comprendre et encore plus facile à condamner sur base de l’intime conviction. Le Juge s’est d’autant plus facilement forgé cette intime conviction que Madoff n’avait pas pris la peine de se construire une armure de confusion pour se protéger en semant lui-même le doute.

Finance, Science ou pas ?

Postulat universellement accepté : la Finance n’est pas une Science. Tout accident est donc la faute à pas de chance. Les modèles mathématiques utilisés par les faiseurs de produits dérivés ont été correctement développés sur base d’hypothèses. Les mathématiciens ne peuvent pas être jugés pour erreur scientifique. Alors, qui sera condamné pour avoir utilisé un modèle correct, basé sur un postulat aussi faux que la croissance jusqu’à la nuit des temps de la valeur de l’immobilier ?

One Response to Le Juge, les sept Experts et les Financiers

  1. [...] Suite… Je fuis tout qui porte l’habit du manipulateur potentiel – humain ou étatique – surtout s’il lui vient l’idée de me dire ce qui est bon pour moi. Cet État tombe mal pour moi, car je n’ai pas besoin d’être protégé jusqu’à plus soif contre moi-même, contre les choix que je fais ou contre les aléas de la vie sur terre. Je ne suis pas pour autant extrémiste. Je participe à l’entraide et la justice sociales en payant mes cotisations sociales. Je suis client de certaines compagnies d’assurance, mais j’opte pour les options de base. L’excès nuit en tout ! [...]